Campagne d’analyses de la filière viticole Bordelaise

En janvier 2016, Alerte Aux Toxiques et le Collectif Info Médoc Pesticides ont lancé une campagne  d’analyses de résidus de pesticides dans les vins des grands acteurs de la filière viticole locale.
Cette nouvelle collaboration entre les deux structures prévoit désormais la mise en commun d’une partie des moyens financiers pour disposer d’un marqueur fiable des pratiques réelles. Une méthode qui démontre la réalité des pratiques professionnelles et met en lumière le double discours : une vitrine prestigieuse et luxueuse qui cache une arrière-boutique peu reluisante (utilisation récurrente de pesticides de synthèse dont les plus dangereux, les CMR -Cancérogènes, Mutagènes, Reprotoxiques- et non-protection des populations).

Cette position de façade est relayée par les institutions viticoles locales qui affirment « l’engagement des professionnels de la filière viticole ». Ces derniers prennent des mesures comme le Système de Management Environnemental et se font certifier HVE3, Terra Vitis ou encore AgriConfiance. Ces labels n’ont pas de vraie valeur pour la santé de l’homme, du producteur au consommateur. Malgré des dénominations qui se veulent rassurantes pour le consommateur, ces labels permettent l’utilisation de pesticides de synthèse.

La campagne d’analyses a débuté en Janvier 2018 avec les analyses du vin de Bernard Farges alors Président du Comité Interprofessionnel des Vignerons de Brdeaux, Président de la Confédération Nationale des Appellations d’Origine Contrôlée, Vice-Président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux et occupant aussi un mandat européen dans le cadre de la Fédération Européenne des vins d’origine. En tant que président du CIVB, il s’était engagé en 2016 à sortir le vignoble bordelais des pesticides de synthèse, il s’agissait ici de confronter l’acte et le discours.

La campagne d’analyses s’est poursuivie en juin lors du Focus sur le Médoc et de la mise sous surveillance officielle de la filière : analyses de 7 vins différents, 6 provenant de l’appellation Médoc et un de l’entre-deux-mers, issu de la même cave coopérative que M. Farges. A l’occasion de ces analyses, nous avons effectué la première remise des CMR d’or, une remise qui aura lieu désormais tous les ans.

En septembre 2018, l’association Alerte Pesticides Haute Gironde a rejoint AAT et le CIMP pour dénoncer les incohérences de Monsieur Basile Tesseron, propriétaire du 4ème Grand Cru Classé St Estèphe. Son message ? Clamer dans la presse spécialisée et courante « qu’il arrêtait le Bio car trop polluant ». Ce propriétaire n’a jamais été certifié et n’est pas connu de l’organisme de référence qui répertorie les propriétés engagées dans une conversion. Les analyses de 3 millésimes de Lafon-Rochet que nous avons réalisé ont encore une fois montré le décalage entre les annonces faites et les pratiques réelles.

En décembre dernier, nous nous sommes intéressés au Château Clément-Pichon  propriété de M. Fayat. Certaines parcelles se trouvent à proximité du projet de construction d’un collège sur la commune de Parempuyre. Sous la pression médiatique d’un collectif de parents d’élèves associé à notre collectif de 8 organisations pour faire appliquer le principe de précaution, M. Fayat a annoncé un passage en Bio, invoquant     « un devoir sociétal ». Afin d’éluder toute stratégie de communication et s’assurer de ses réelles motivations, nous avons réalisé des analyses d’une bouteille du millésime 2016 qui sera le témoin objectif de cette conversion vers le Bio et le bonne évolution des pratiques.

Un couteau dans les reins : cette campagne est un formidable levier sur les grands acteurs viticoles coutumiers des déclarations d’intention, là où l’état est défaillant pour informer et éclairer le consommateur et le citoyen. Cette campagne a un coût : le prix de certaines bouteilles comporte parfois  3 chiffres auquel il faut ajouter le transport et les analyses du laboratoire. Vous pouvez soutenir cette action et financer ces analyses en suivant ce lien sur GOFUNDME : Financement participatif

Ou adhérer et/ou faire un don à l’association par chèque à l’ordre d’

Alerte aux Toxiques 60 , rue Pierre Curie 33150 Cenon.

 

 

Une réflexion sur “Campagne d’analyses de la filière viticole Bordelaise

  1. Pingback: Les CMR, c’est fini ? – ALERTE PESTICIDES HAUTE GIRONDE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s