Analyses du millésime 2016 du Château Clément-Pichon.

Le groupe Fayat, propriétaire du vignoble Clément-Pichon, a annoncé sa volonté de passer le domaine en Bio, compte tenu de la proximité de ses vignes avec le projet de construction d’un collège à Parempuyre.

 

 

Sud Ouest  Me 16 Janv. 2019  CP veut Passer au Bio 1

Sud Ouest Me 16 Janv. 2019 CP veut passer au Bio 2

Si nous saluons cette décision invoquant « un devoir sociétal », nous restons toutefois méfiants quant à ce  qui  pourrait s’avérer être une stratégie de communication.

Aussi, lorsque M. Fayat affirme dans Sud-Ouest « que le vignoble devrait décrocher dans un premier temps la norme HVE 3 (Haute Valeur Environnementale) », nous ne pouvons cacher notre déception. En effet, contrairement à une certification AB (Agriculture Biologique) qui garantit la suppression de pesticides de synthèse, la norme HVE3 n’a aucune valeur pour la santé de l’homme et de l’environnement : des pesticides de synthèse, dont des CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques) ou PE (perturbateurs endocriniens), sont autorisés par cette « norme » HVE3.

C’est justement ce qui est pratiqué sur ce domaine de 25 hectares. Les analyses que nous avons fait réaliser du millésime 2016 de Clément-Pichon le montrent : 5 substances actives différentes et parmi les plus dangereuses, Folpel, anti-fongique CMR probable et Boscalid, un anti-botrytis SDHi (voir dde retrait Boscalid GF).

Résultats d’analyses de résidus de pesticides Château Clément-Pichon 2016 en pdf :

résultats cp phytobilan 3 *

Contrairement à la certification AB soumise à des contrôles, obtenir la norme HVE3  n’obligerait en aucun cas le Château Clément-Pichon à des changements de pratiques. Aussi, évoquer cette prochaine obtention ne les engage à rien, si ce n’est gagner du temps et l’on voit alors l’écart entre les motivations réelles et celles annoncées. Le devoir sociétal envers les élèves scolarisés et plus largement la population environnante invoqué semble ici secondaire. Qu’en est-il par ailleurs de la santé de leurs ouvriers viticoles ?

Quand nous apprenons ensuite dans Ouest France par Mme Lucas, directrice des vignobles Fayat, que «convertir le domaine en bio est une question que l’on se pose depuis un bon moment au vu de la situation géographique de la propriété» et qu’elle ajoute «le projet de construction du collège nous a un petit peu précipité dans nos actions et notre décision », nous nous interrogeons sur la notion du temps pour Mme Lucas :

En septembre dernier, lors de la réunion avec le Collectif Parents Parempuyre créé et représenté par M. Coutant, le relais local de Générations Futures et le groupe Fayat, ce dernier exprimait en effet un refus de passer en Bio, « une baisse de leurs rendements étant inenvisageable ».

Ce Château n’est pas connu par les instances locales de référencement de l’Agriculture Biologique pour une prochaine conversion. Nous nous interrogeons donc sur les réelles motivations du groupe.

Afin d’accompagner efficacement le domaine, il sera judicieux que tous les organismes locaux de l’Agriculture Biologique se tiennent à sa disposition.

De plus, nous proposerons une charte, exigerons une certification AB et la preuve par analyses de la conversion annoncée.

Avant la construction du collège, compte tenu de ses missions, le département devra avoir un droit de regard sur les engagements du Château Clément-Pichon.

Pour assurer un suivi de l’évolution des pratiques, la bouteille du millésime 2016 que nous avons fait analyser sera le témoin objectif de cette conversion vers le Bio.

Il y a de la place pour tout le monde sur le territoire, une cohabitation agriculture/habitations/équipements est possible, les solutions existent.

Nous avons regretté ce soir l’absence de représentant du Château Clément-Pichon, du groupe Fayat, du département de la Gironde et de la mairie de Parempuyre.

*la seule LMR (Limite maximale de Résidus -de pesticides-) qui existe légalement en France se réfère au raisin de cuve, c’est à dire le raisin qui vient d’être vendangé. Évoquer une LMR quand il s’agit d’analyses de vin en bouteille est fallacieux/malhonnête car  il n’ y a pas de LMR pour le vin en bouteille en France, il y a un vide juridique.

Valérie Murat, Porte-parole d’AAT.

Presse :

Sud-Ouest 21 Janvier 2019 Collège près des vignes, le débat reste ouvert so soirée info parempuyre

Vitisphère 22 Janvier 2019 La conversion bio du vignoble voisin met fin à l’opposition, pas au soupçon.

Journal de l’environnement Gironde_ un collège pousse un viticulteur au bio.

Sud-Ouest 11 Février 2019 Parempuyre : le collège sera bien reconstruit près des vignes

Côté Châteaux  11 Fvérier 2019 Collège de Parempuyre : une rencontre plutôt positive avec le département et la mairie

Interview Ludovic Coutant, TV 7

 

 

 

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s