Contribution arrêté préfectoral

Monsieur Le Préfet de la Gironde,

Je n’ai pas eu le plaisir de vous rencontrer le 30 mars dernier, suite à la demande du Collectif Bordelais contre les pesticides du 25 février dernier, puisque vous n’étiez pas au rendez-vous et que notre Délégation a du s’entretenir avec trois agents de vos services. Aussi, je ne ferai pas l’économie de vous donner mon avis et mon sentiment sur l’objet de cet arrêté mis en consultation publique.

Tout d’abord, compte tenu des conséquences avérées qu’ont les Cancérogènes Mutagènes Reprotoxiques sur la santé, protéger avant tout, celles des populations vulnérables, enfants en priorité semble une évidence. Hors cette différenciation n’apparait même pas dans l’arrêté.

Les dispositifs préconisés ont tous montré leurs insuffisances respectives et démontré leur incapacité à éviter les expositions, qu’elles soient d’ailleurs accidentelles ou chroniques, même si l’arrêté ne semble d’ailleurs viser que les expositions accidentelles et leurs retombées médiatiques possibles.

Des matériels anti-dérives, des haies, des filets ne permettront jamais de garantir une exposition zéro. D’ailleurs le coût de ces dispositifs incomberait aux vignerons qui ne seront pas tous en mesure de l’assumer.

Concernant les mesures sur les horaires, quand l’arrêté préconise 20 minutes, mais que les délais de ré-entrée sur les parcelles sont de 48h, là aussi il est évident que les particules d’aérosol pulvérisées continueront de persister dans l’atmosphère des 128 sites classés sensibles en Gironde, et ce bien au-delà de 20 minutes.

Pourquoi demander aux Mairies des communes de supporter le coût de l’information alors que les Organismes de Défense et de Gestion des appellations ont les compétences, les moyens et le réseau pour les faire ?

Ces préconisations montrent toutes leur décalage avec la pratique professionnelle et les problèmes engendrés.

Les vignerons ne pourront pas porter seuls le changement des pratiques, ils auront besoin d’aides techniques et financières et d’implication de la filière. Ce changement ne pourra se faire que par obligations légales, accompagnements techniques et aides financières.

Aujourd’hui, la société civile se mobilise pour s’informer, se retrouve dans des combats individuels qui deviennent collectifs, mais les populations sont crispées, l’arrêté en l’état actuel ne suffira pas non plus, pour apaiser les inquiétudes et les relations de cohabitation.

Aussi, je vous renouvelle la demande qui vous a déjà été soumise de par le Collectif Bordelais contre les pesticides de constituer un comité de suivi des populations exposées, (environnementalistes, épidémiologistes, toxicologues, parents d’élèves, victimes et familles de victimes, tous les syndicats de la profession, des institutions de la viticulture bordelaise, de l’ARS, la MSA…) afin avant tout, de caractériser et quantifier les expositions, de procéder à des analyses, d’installer des instrument de mesure.

Fille de vignerons dans l’Entre Deux Mers, je tiens personnellement, à ce que le Bordelais reste une terre viticole et que des familles puissent vivre de cette économie. Mais je refuse une économie viticole qui tue les paysans, les sols, empoisonnent les enfants, les femmes enceintes.

Vu la méconnaissance des autorités administratives locales et le déni des institutions viticoles, j’ai de grandes inquiétudes quant à la santé publique, au climat grondant d’un scandale sanitaire déjà en marche.

Compte tenu de ce contexte, la Gironde, tellement mise à mal, pourrait à mon sens, devenir au contraire un secteur pilote en la matière.

Quoi d’autre qu’une viticulture respectueuse de l’environnement et de l’homme, du producteur au consommateur pourrait lui donner une image plus positive ?

La cité du vin risquerait manquer d’éclat si la viticulture bordelaise n’évolue pas.

Veuillez agréer l’expression de mes sincères salutations.

                                                                                          Valérie Murat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s