Intervention 8eme conférence environnementale CIVB, comme un caillou dans la chaussure

Intervention surprise lors de la grand messe de mesures cosmétiques des responsables de l’utilisation massive de pesticides dans la viticulture bordelaise

Kiosque membre_001

Le texte lu, version intégrale :

J’aimerais dire que Je me réjouis de voir autant de monde présent pour cette conférence.
J’aimerais dire que Je le comprends comme autant de professionnels de la filière viticole conscients et avertis de la place et du rôle de l’homme dans l’environnement et sa protection.

j’aimerais m en réjouir, mais cette vitrine luxueuse qui fait de Bordeaux la 2nde ville après Paris, qui vante une profession où tout va bien en trompera peut être bon nombre, mais pas moi.

Non, tout ne va pas bien dans la viticulture Bordelaise et la protection de l’environnement et encore moins en matière de santé au travail.

Non, tout ne va pas bien comme vous vous évertuez a vous le faire croire entre vous, car le public ne vous suit plus aujourd’hui et vous n’êtes pas sans savoir qu’ un nombre grandissant de consommateurs ne veut plus de vin aux pesticides.
Non tout ne va pas bien car les vignerons et les ouvriers bordelais tombent malades.

Ils tombent malades et ils meurent.
Ils meurent et leurs familles sont détruites.
Leurs propriétés sont récupérés par des spéculateurs qui cherchent des lignes supplémentaires à leurs capitaux, loin de savoir plier une aste et encore moins savoir tailler un pied de vigne.

A persister dans le déni des dangers de l’utilisation des pesticides dans la viticulture Bordelaise, à refuser de faire le bilan, niant au passage les victimes et leurs familles, envoyant un message lamentable a la profession, le CIVB fait le jeu des firmes de l’industrie chimique.
A persister dans cette posture, Le CIVB fait le jeu de ces entreprises prédatrices qui sacrifient sur l’autel de leurs profits des paysans et des sols, faisant de cette agriculture, une agriculture mortifère alors qu elle devrait produire de la vie.

La raison la plus intrinsèque qui m’a poussé à engager ces procédures, et a me battre contre la bêtise, au-delà de le faire pour mon père qui n’en a pas eu le temps, au-delà de la volonté de briser l’omerta et d’alerter les professionnels, premières victimes, cette raison me pousse c’est que je suis du côté de la vie, définitivement du côté de la vie.
Et ça, je la dois à mes parents paysans.

Alors qu’aujourd’hui de nombreuses études ont montré le lien entre certaines pathologies très lourdes et l’utilisation de pesticides, que des pratiques respectueuses de l’homme et de l’environnement existent, que la viticulture française consomme 20% du tonnage annuel de pesticides en France, si le CIVB persiste dans un tel déni, il faudra le moment venu qu il en assume les conséquences.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s